Epreuve composée 2018: éléments de correction

EC 1 : Mobilisation des connaissances

En EC1, les candidats doivent répondre à 2 questions de connaissances, ici, il devait notamment mobilisait un exemple pour répondre au sujet :

a : Les nouveaux théoriciens de la croissance montrent que celle-ci est endogène dans le sens où elle s’auto-entretient. La croissance économique (mesure l’évolution d’un indicateur de richesses dans le temps), caractérisée par l’augmentation durable et significative du PIB d’une année à l’autre, dépend de la quantité de facteurs de production utilisée (Travail, Capital) ainsi que de la productivité globale des facteurs (PGF). On peut donc montrer que la croissance s’auto-entretient lorsque les richesses créées, issues de l’augmentation de la valeur ajoutée, permettent d’améliorer la PGF, source de la croissance future. On comprend, par exemple, que la croissance de l’année suivante (n+1) depend en partie du niveau des investissements et des dépenses en Recherche et développement de l’année (n), celui-ci, dépendant, lui-même, en partie de la croissance économique de l’année passée (n-1). La croissance est donc un phénomène qui s’auto-entretient lorsque les richesses passées permettent de financer des infrastructures, l’éducation, la recherche, la santé, ou des innovations technologiques, source de croissance future.

b: Les inégalités sont le résultat d’une distribution non-uniforme de ressources valorisées par les membres de la société. Les inégalités peuvent être économiques (salaire, patrimoine, chômage) ou sociales (santé, diplôme) et ont un caractère cumulatif menant à l’existence d’un cercle vicieux de la pauvreté. Les inégalités de revenus entraînent des inégalités de patrimoine. La détention d’un patrimoine important, par exemple par l’héritage, fournit des revenus de la propriété qui vont s’ajouter aux autres formes de revenu, favorisant l’épargne. A l’inverse, le taux d’épargne des faibles revenus est très faible, limitant les possibilités de constitution d’un patrimoine, favorisant les inégalités de patrimoine : en 2012 en France, les 50% les plus pauvres se partageaient 7% du patrimoine privé alors que les 10% les plus riches s’en partageaient 46%. Les inégalités sociales sont également cumulatives : l’appartenance aux catégories populaires ou le fait d’avoir des parents non diplômés sont plus fortement corrélés avec une sortie précoce du système scolaire, avec pour conséquence des salaire plus faibles en moyenne et un accès plus difficile à l’emploi, plus encore à un emploi stable : le taux de chômage des personnes sans diplôme est de 17,1% en 2012, alors que celui des diplômés d’au moins un bac+2 est de 5,6%. Les emplois trouvés sont aussi fréquemment jugés plus difficiles ou à risques, exposant davantage aux accidents du travail : en France, les ouvriers vivent en moyenne 6 ans de moins que les cadres. Les difficultés économiques et sociales se rejoignent et se cumulent. Les personnes les plus pauvres sont également plus souvent touchées par les problèmes de malnutrition que le reste de la population et vivent sur les territoires péri-urbains et ruraux dont la quantité et la qualité des services proposés (éducation, santé,…) sont inférieures à ceux des grands centres urbains. Les inégalités sont donc bien cumulatives.

EC 2 : Etude de document

Le document étudié est un graphique publié par l’OMC en 2015 qui permet d’étudier l’évolution annuel du commerce mondial des marchandises en volume et celle du PIB réel, entre 2007 et 2016. On peut également lire la croissance moyenne du commerce et celle du PIB sur la période 1990-2014, permettant ainsi de comparer les évolutions annuelles à l’évolution moyenne de chaque grandeur.

Sans développer plus cette partie, les élèves devaient mettre en évidence l’existence d’une corrélation positive entre l’évolution du commerce et du PIB mondial, les deux variables évoluant notamment dans le même sens. Par exemple, en 2009, lorsque le commerce chute de 12%, le PIB mondial recule de 2% ; A l’inverse, en 2010, le commerce mondial repart, avec une augmentation de 14%, le PIB mondial connaît une augmentation de 4%. Globalement, on observe entre 1990 et 2014 que le commerce mondial augmente à un rythme annuel moyen deux fois plus élevé que la croissance économique. On peut enfin, faire l’hypothèse d’un lien de causalité entre le volume du commerce mondial et le niveau du PIB réel mondial.

EC 3 : Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire

La troisième partie de l’EC est notée sur 10, le candidat doit donc fournir un réel effort de rédaction afin de faire apparaître son raisonnement en mobilisant ses connaissances et en faisant référence aux trois documents joints au sujet. Ici, les élèves doivent montrer que les formes de solidarité ont évolué.

On peut développer au moins trois arguments :

  • Sur longue période, on observe le passage d’une solidarité mécanique à une solidarité organique

  • Dans la période récente, les instances d’intégration, sources de solidarité, connaissent des transformations (famille, travail,…) qui font évoluer les formes de solidarité.

  • Des solidarités qui peuvent s’appuyer sur la diversification des liens sociaux.

        La pensée d’E. Durkheim s’inscrit dans une période de grand bouleversement. (Document 1 : extrait De la division du travail social, 1893) Il constate que la société évolue et il l’analyse comme le passage d’une société traditionnelle à une société moderne. Ce passage s’accompagne d’un changement dans la forme que prennent les liens de solidarité entre les individus.

La société traditionnelle repose sur une solidarité qu’il qualifie de mécanique. Dans ce type de société, la division du travail est faible, les individus, peu différenciés, adhèrent aux mêmes valeurs et la conscience collective, considérée comme l’ensemble des croyances communes, est forte. Le droit, dans ces sociétés, est répressif : les individus ayant nui à la communauté sont punis. Le lien social repose donc sur la ressemblance.

A l’inverse, la société moderne se traduit par l’affaiblissement de ce type de solidarité au profit d’une solidarité d’un nouveau type, que Durkheim qualifie d’organique (tous les individus sont complémentaires et à la manière des organes d’un corps, ils concourent au bon fonctionnement de l’ensemble). Dans ce type de société, la division du travail est forte ; de fait, les individus sont complémentaires. En raison de la montée de l’individualisme, la conscience collective est faible et le droit est restitutif (les individus doivent «  racheter » leur faute en indemnisant les victimes par exemple). Ici, le lien social repose sur la complémentarité. Si la société moderne se caractérise par une solidarité de type organique, il n’en demeure pas moins que la solidarité mécanique n’a pas entièrement disparu, comme le laisse montrer le document 3, avec l’exemple des groupes de supporters Ultras.

               Dans les sociétés contemporaines, la perte du lien social et des solidarités qui l’accompagne est une idée reçue qui tend à se diffuser : il y aurait, en raison de la montée de l’individualisme, un égoïsme exacerbé des individus qui menacerait la cohésion sociale. En effet, les familles se sont transformées et apparaissent, du fait des divorces notamment, plus éclatées qu’auparavant. Les solidarités traditionnelles semblent mises à mal lorsque l’on prend l’exemple des personnes dépendantes qui ne sont plus hébergées par la famille mais placées dans des institutions spécialisées. Le rapport au travail s’est lui aussi individualisé, conséquence de l’accroissement de la concurrence pour un emploi ou une promotion. La gestion plus individuelle des carrières et le déclin du monde ouvrier attestent de cette tendance.

Cependant, si ces observations sont réelles, on ne peut nier que la famille et le travail demeurent des instances qui produisent encore du lien social. Les instances productrices de lien social ne sont donc pas inopérantes : les individus sont nombreux à faire partie d’une association, ce qui témoigne de leur volonté de s’investir dans le domaine public. Les personnes peuvent encore compter sur leurs proches (amis, familles, voisins…). Dans le document 2, qui présente les aides reçues par les individus selon l’âge en 2011, en France (INSEE), on peut lire par exemple que plus de la moitié des 16-24 ans ont reçu une aide d’un proche. Ainsi, on ne peut pas dire qu’il existe une perte de liens sociaux mais plutôt une recomposition de ceux-ci, plus nombreux, plus diversifiés que dans les sociétés traditionnelles. En effet, les solidarités dépendent de liens dits électifs. Ceux-ci ne sont plus imposés (comme pour les mariages arrangés par exemple) mais bel et bien choisis, sous l’influence de la volonté d’épanouissement, de liberté des individus, liée au processus d’individualisation propre aux sociétés modernes. Ainsi, les relations (familiales, d’amitié) seraient moins stables qu’auparavant mais cette moindre inconstance ne remet pas en cause l’existence de liens sociaux forts entre les individus, et permet également une diversification des liens sociaux à l’origine des solidarités.

        Dans les sociétés modernes, l’Etat joue un rôle important dans l’organisation des solidarités. Dans le cadre d’un Etat providence (Etat qui met en place un système généralisé de protection sociale), les pouvoirs publics disposent de différents moyens (impôts, cotisations sociales, …) pour financer les solidarités. L’Etat joue un rôle de plus en plus important dès lors que les liens sont de plus en plus électifs pour garantir la cohésion sociale. Mais, d’autres institutions apparaissent, c’est le rôle de la société civile organisée où les associations par exemple sont sources de solidarité. Enfin, on observe des solidarités qui se développent via les médias ou plus récemment les réseaux sociaux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s