Le vrai coût du travail ?

Le 25 août 2016, un quotidien régional publie un édito sous forme de « coup de gueule » d’un chef d’entreprise dénonçant le « vrai coût du travail en France ». L’auteur du billet explique que lorsqu’un chef d’entreprise verse 150 euros pour payer un salarié, au final ce dernier n’en percevrait que 39 euros, l’Etat en prélèverait ainsi près de 110 euros.

Ce billet a été très largement relayé sur les réseaux sociaux alors même que le raisonnement est erroné illustrant la mauvaise connaissance (ou la mauvaise foi?) de notions de base des sciences économiques enseignées au lycée et à l’université. Revenons ainsi sur deux de ces notions essentielles lorsque l’on parle de fiscalité.

 

Si il est difficile d’établir le « vrai » coût du travail, comme cette démonstration souhaite le faire, en revanche, les étudiants en économie auront noté que l’auteur de l’article n’intègre pas dans sa réflexion les « revenus de transfert » que perçoit probablement le salarié en question.

Cette notion  enseignée en première ES, permet de comprendre que les individus perçoivent des revenus au titre d’une situation sociale particulière (pension de retraite, allocation de chômage, remboursement des frais médicaux, allocations familiales, allocation de parent isolé, aide pour le logement, …). Ainsi, si l’on souhaite calculer le revenu disponible d’un individu, il faut additionner les revenus primaires (du travail ou du capital), en retirer les impôts et les cotisations sociales et y ajouter les revenus de transfert.

Au delà de cet oubli, l’auteur confond probablement le taux d’imposition marginal et le taux moyen d’imposition. En effet, en France, l’impôt sur le revenu est progressif par tranche. Le taux d’imposition marginal est le taux le plus élevé qui s’applique à une tranche du revenu imposable. Si on s’appuie sur le barême en vigueur en 2015, on observe ainsi que les 9700 premiers euros d’un revenu ne sont pas imposables. Ensuite le taux augmente par tranche au fur à mesure que les revenus augmentent. Il est ainsi très peu probable comme l’auteur du billet l’écrit qu’un salarié paye 30% d’impôt sur le revenu. En effet, calculons, par exemple, l’impôt pour un salarié ayant pour seul revenu un salaire mensuel net de 1772 euros, qui correspond, au passage, au salaire médian en France (salaire tel que 50% des français perçoivent moins et 50% perçoivent plus). Ce dernier déclarera 21 264 euros, et devra verser 1618,96 euros (=9700*0% + 11564*14%). Ce montant correspond  ainsi à un taux moyen d’imposition de 7,6%, ce qui on le voit, est bien éloigné des 30% évoqué dans le quotidien régional.

 

Ainsi, lorsqu’un chef d’entreprise verse 150 euros pour payer un salarié, au final, l’Etat en perçoit sûrement beaucoup moins que les 110 euros évoqués dans cet édito, comme l’ont d’ailleurs démontré brillamment les décodeurs, pour le journal Le Monde, dans cet article:

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/08/31/les-mauvais-calculs-d-un-chef-d-entreprise-sur-le-cout-du-travail_4990252_4355770.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s